menu close

SKORN OF BANANA



Sommaire de la série Jak


Jak and Daxter: The Precursor Legacy (8/10)


Jak and Daxter: The Precursor Legacy

Le shoot de nostalgie vite fait bien fait

Genre : Plateforme / Année de sortie : 2001

Publié il y a un mois


Entre deux gros jeux, j’aime bien me plonger dans des jeux simples et rapides, parfaits pour les moments où je n’ai pas la tête à m'engager dans un RPG qui me prendrait 200 heures à finir. Alors, je regarde ce qui peut se jouer rapidement, et souvent, je jette un œil aux jeux rétro, car j’ai cette foutue impression que les jeux étaient bien moins longs à l’époque… Oh bah tiens, parfait, Jak and Daxter, premier du nom, pur jeu de mon enfance, il sera parfait !

bannière

Sommaire de la série Jak


Jak and Daxter: The Precursor Legacy (8/10)



Car oui, j’ai connu ce jeu il y a fort longtemps, il y a bien 20 ans maintenant, et malgré tout ce temps sans y avoir retouché, c’est fou comment certains souvenirs restent impérissables. Je me rappelais surtout des premiers niveaux (les derniers, à part celui sur la montagne enneigée, et encore, c'était vague…), puis de certains passages, comme Daxter qui tombe dans le bassin d’Eco noir. Mais plus étrange encore, en y rejouant, tel un héros amnésique cliché qui retrouve sa mémoire via un petit détail, ça m’est arrivé coup sur coup deux fois en rejouant au jeu. Une fois en attendant un dialogue, je me suis rappelé en avance exactement des doublages et du texte en l’entendant, comme si ma dernière partie remontais à hier ! Puis mieux encore, j’ai galérais à trouver les 5 derniers orbes cachés dans le monde de la forêt, j’ai pas mal tourné en rond, jusqu’à avoir un souvenir qui a resurgi de nulle part vingt ans plus tard, où je me suis rappelé d’un coup qu’il fallait sauter à plusieurs reprises sur la tête du boss plante pour lui faire cracher des orbes ! C’est dingue comment fonctionne la mémoire parfois…

Ce que j’avais oublié par contre, c’était à quel point le jeu était court ! Je n’ai pas le temps que le jeu ma pris pour le finir sous les yeux, mais pour le compléter à 100%, je n'ai pas dû mettre plus de 8 h quoi, en une semaine, c'était plié, pour moi qui voulais un jeu court, je suis royalement servi (rien à battre, je joue à Jak 2 du coup). Mais tout compte fait, avec le recul, je trouve que cette courte durée de vie est parfaite, car le jeu est très bien comme ça, on n’a pas le temps de s’ennuyer (d’un côté, ça serait un comble là), on enchaîne rapidement les niveaux et les différents hubs, ce qui donne un rythme très efficace au jeu. C’est surtout en refaisant les premiers niveaux que j’ai été surpris, comment j'ai bouclé celui de la plage et de la forêt en 20 minutes ! C’est marrant comment nos souvenirs peuvent parfois déformer la réalité, j’avais tellement l’impression de niveaux plus grands à l’époque, surtout celui de la forêt avec tout le bâtiment Précurseur à explorer au milieu !

Le niveau le plus cool du jeu !

Pour le Gameplay, ça a forcément vieilli quand on le reprend en main aujourd’hui, et on a quelques réflexes modernes comme celui de rechercher instinctivement la touche pour courir ou de dash, qu’il faudra mettre de côté ici(Roulade + saut, ça fait très bien l’affaire cela-dit!). On retrouve simplement un feeling à la Crash Bandicoot au final, avec l'attaque toupie, des sauts qui couvrent une distance limitée à l'horizontale (parfaitement compensée par un double saut + toupie), agrémenter de quelques nouveautés. Mais on s’y fait, et passé la première heure, j’ai retrouvé clairement le bon vieux plaisir de l’époque, car le jeu reste rudement efficace dans son Gameplay, faut dire que Naughty Dog n’est pas à son coup d’essai en la matière. On a même des phases en véhicule et sur le dos d’un, venant varier le Gameplay là aussi comme pour Crash en son temps. On a même les différentes énergies d’Eco (bleu, jaune et rouge), apportant chacune un pouvoir à Jak durant un temps limité, permettant de varier un peu les séquences (avec l’Eco jaune, on sentait déjà que l’idée de filer un flingue à Jak titillait les développeurs). Surtout que c’est assez rigolo, on pourra réactiver à deux reprises des générateurs d’Eco cachés dans les niveaux (le bleu et jaune, le rouge, on imagine qu’il a été coupé au montage !), qui à la manière des interrupteurs d’un Mario World, débloqueront de nouvelles possibilités dans d’autres niveaux. Bon après, ça reste très léger, et j’ai dû compter que seulement deux niveaux + un court passage, où les générateurs pourront nous faire faire du Back-Tracking, on est donc très loin d’un Banjo-Tooie, et on peut souvent finir à 100% la plupart des niveaux lors de notre arrivée dans ceux-ci.

Le jeu profite donc d’une simplicité dans ces mécaniques très agréable, le tout est très fluide, et le jeu ne nous ennuie jamais avec de long aller-retour ou objectifs chiants. On aura trois grandes zones, chacune avec un hub en son centre constitué de trois niveaux autour. Dans les Hubs, j’ai retrouvé avec plaisir les PNJ qui nous font quelques requêtes, même si le coup des « apporte-moi 90 orbes pour une pile wallah », on commence un peu à la connaître à force ! D’ailleurs, j’ai adoré les doublages de ce jeu en le refaisant, la VF est d’une très grande qualité, et on retrouve tous les grands noms du doublage FR, avec Marc Alfos en tête (Russell Crowe), meilleur doubleur de tous les temps (RIP), dans le rôle du sage vert. Bon par contre niveau histoire, c’est comme pour Crash, c’est juste un prétexte bullshit pour partir à l’aventure ! Mais j’ai tout de même pris un certain plaisir à retrouver les différents personnages, surtout Jak, que je trouve super stylé comme héros, même encore aujourd’hui.

Des phases de transitions entre deux hub bien sympa

Je me suis donc bien régalé à parcourir l’aventure et à revivre cette bonne vieille madeleine de Proust, et force est de constater que ce n’est pas juste la nostalgie qui est en cause, le jeu est aussi tout simplement très bien conçu, avec un chouette level Design, malgré ses niveaux un brin trop petits. Et si le jeu est simple au début, la difficulté augmente parfaitement au fil du jeu, pour même m’avoir fait mourir plusieurs fois durant le dernier monde. Mais cela n’est jamais frustrant, grâce à des checkpoints parfaitement placés. J’ai par contre défoncé le boss final, du premier coup c’était plié, et là pour le coup j’ai été surpris, car souvent dans les jeux de cette époque, les développeurs mettaient souvent le paquet de ce côté (Humm le boss final de Banjo-Kazooie), avec une nécessité de connaître les patterns par cœur ! Mais qu’importe, j’ai de nouveau sauvé le monde, et cette fois, j’ai enfin fini le jeu à 100% ! Car oui, gamin, je n’avais jamais su ce qui se trouvait derrière cette mystérieuse porte fermée, ouvrable qu’avec toutes les piles d’énergies, car je n’avais sans doute pas réussi à trouver certaines piles. Mais cette fois c’est la bonne, je vais enfin savoir !! C’est bon la porte s’ouvre…. Quelle Suspense…. Il y a une grande lumière qui en jaillit, telle la mallette de Pulp Fiction et …. Fin… Ah…. Bon, j’avais bien fait de ne pas le finir à 100% étant gamin, j’aurais été un poil déçu, car la réponse se trouve au début de Jak 2, jeu que je n’ai jamais fait étant petit ! Mais je compte bien corriger ça maitenant…

 

//// Petit classement des niveaux du jeu

Comme j’aime bien le faire avec les jeux du genre qui se prêtent bien à cette exercice, petit classement des différents niveaux du jeu, afin de vous montrer ceux que j’ai préférés. À savoir que j’ai pris mon kiffe durant tout le jeu, donc même le dernier niveau de la liste, je l’ai trouvé cool à parcourir quand même et que je ne prends pas en compte les mini-niveaux type le Canyon du feu :

 

9 - BASSIN PRÉCURSEUR

Clairement le niveau le plus relou, et le seul qui était à la limite du pénible. Le concept d'en faire un niveau entièrement basé sur le véhicule est chouette, mais le niveau est trop petit, seulement deux petites zones. Ces deux zones sont remplies d'objectifs pour nous occuper, mais du coup, ça devient trop vite lassant, dommage, car un grand niveau dans un grand espace aurait été parfait avec ce concept. Puis carton rouge pour la course aux anneaux bleus, imbouffable, car on ne sait jamais où le prochain va apparaître ! Par contre, la course est cool !

8 - GROTTE AUX ARAIGNÉES

C’est marrant, ce niveau me fait penser à celui de la grotte dans DK 64, où il avait le même souci : un niveau très simple dans sa conception, qui consiste à juste plusieurs bouts de caverne à rallier, dans une obscurité assez pénible. Surtout que les objectifs ne sont pas des plus intéressants, entre celui où il faut tirer sur toutes les mille-pattes trop chiants à toucher, le passage dans le noir vraiment pénible, ou encore CE PUTAIN DE CRISTAL NOIR dans l’eau où j’ai mis une putain d’heure à comprendre comment le détruire, ce n’est clairement pas mon préféré. D'ailleurs, la preuve, c’était le seul dont je n'avais plus aucun souvenir en reprenant le jeu aujourd’hui, la mémoire sélective, tout ça tout ça…

7 - CITADELLE DE GOL ET MAIA

Le niveau final classique, constitué de plusieurs épreuves linéaires, venant tester nos connaissances sur les différents aspects du gameplay. Un niveau assez chouette, la difficulté est vraiment bonne, puis sauver les différents sages est vraiment rigolo + le combat final. Mais bon, le niveau est très court, et sa conception simple me fait préférer les autres !

6 - PLAGE SENTINELLE

Le parfait niveau de départ, avec toutefois la petite filouterie d'avoir un passage inaccessible sans avoir fait un passage dans la jungle interdite, ce qui peut nous induire en erreur ! Sinon, c’est un très bon niveau, on y apprend à bien gérer notre éco bleu et à prendre en main notre personnage dans un niveau sans aucun trou. La seule vraie menace, ce foutu requin dans l’eau qui me terrifiait quand j’étais môme !

5 - CITÉ PRÉCURSEUR PERDUE

Le niveau qui fait le plus penser à la trilogie des Crash, tant le design du niveau semble sorti tout droit de cet univers ! C’est aussi le premier niveau vraiment plus compliqué après les simples du premier monde, et j’ai beaucoup aimé ses grandes salles à explorer, qui contiennent de nombreux objectifs. C’est aussi un niveau assez ardu, le premier où on va probablement mourir plusieurs fois, ne serait-ce qu'avec les différents passages où il faut nager dans de l’eau électrifiée, sections au timing redoutable ! Un très bon niveau proposant beaucoup de variété, où chaque section du niveau dispose d’une idée différente !

4 - L'ÎLE DE LA BRUME

Un niveau fascinant à explorer ! Déjà, car on y débloque son accès uniquement avec le bateau du pêcheur, qu’il faut trouver dans un autre niveau, puis aussi parce que c’est celui montré dans la cinématique d’introduction du jeu. On a donc hâte d’y remettre les pieds, et même de retrouver le fameux endroit de l’incident ! Et à part ça, j’aime beaucoup l’ambiance qui tranche radicalement avec les deux premiers niveaux du jeu, avec un décor désolé et sombre. Le niveau est aussi agréablement varié, avec un passage avec le véhicule, une phase de saut sympa où il faut éviter des bûches, et aussi un combat redoutable dans une arène, qui introduit l’Éco rouge !

3 - MARÉCAGE

Mais mon niveau préféré concernant l’action, ça reste le marécage ! Sorte de suite spirituelle de l’île de la brume en plus dur et plus vaste, j’ai adoré ce passage. Il sera quant à lui celui qui introduit l’Éco jaune, et utilisera à merveille ce nouveau pouvoir qui permet de tirer des missiles, durant l’intégralité du niveau. C’est donc un passage du jeu qui renouvelle bien le gameplay, et j’ai trouvé la difficulté savamment dosée. On a même un passage à dos d’oiseau assez sympa au milieu du niveau, histoire de changer d’air entre deux destructions de nid.

2 - MONTAGNE ENNEIGÉE

Un niveau dont je n’avais plus grand souvenir, à part le fait qu'il y en avait un dans la neige ! Sûrement un des plus difficiles, car on est dans certains passages sous l'assaut constant d’ennemis infinis sortant de la poudreuse. Mais c’est aussi le niveau le plus vaste, ce qui est agréable dans ce jeu aux niveaux si courts. On peut prendre ici plusieurs chemins, qui seront tous interconnectés à un moment ou un autre. Un excellent level design donc, qui nous invite à nous perdre, jusqu’à ce moment génial où, sous mes pieds, à travers la glace, je vois un générateur d’éco à activer (j’en cherchais un désespérément pour débloquer deux secrets dans d’autres niveaux). J’ai adoré toute la suite où j’ai essayé d’y trouver l’accès, pour réussir enfin à dénicher un passage bien planqué derrière des sapins ! J’ai aussi bien aimé l'épreuve de saut avec le piaf, et l’exploration de la forteresse, remplie d’orbes ! Clairement le niveau qui profite du meilleur level design, pas de débat possible !

1- JUNGLE INTERDITE

Et en première place, la jungle interdite, qui, s'il n'est pas le niveau le plus marquant en termes de challenge et de durée, est celui qui est le plus fascinant et qui représente le mieux l'esprit du jeu. On commence par cette grande forêt à explorer, infestée de nos premiers vrais monstres dangereux, où l'on peut aller où bon nous semble, où l'on gravite autour d'un bâtiment mystérieux qui captive notre attention. Puis, on pourra y trouver son entrée avec l’aide de l'éco bleu, pour cette fois-ci suivre un parcours plus linéaire mais très bien conçu, avec à son terme, un combat de boss (très rare dans ce jeu), et aussi l'activation de notre premier générateur d'Eco bleu, ce qui débloquera plusieurs situations rencontrées plus tôt dans le jeu, auxquelles on s'empressera d'y retourner voir par la suite. C'est aussi la quête avec les tourelles pour le maire, puis celle du mini-jeu pour le pêcheur… Bref, c'est le niveau qui m'a le plus marqué du jeu, tant j'ai adoré tous ses mystères !


Jak and Daxter, c’était encore l’époque où Naughty Dog faisait des jeux de plateformes sur Playstation, et ce jeu était la parfaite suite logique next-gen à Crash que tout le monde attendait sur PS2. Il préserve tout le Gameplay qu’on avait aimé dans la première trilogie du bandicoot, tout en y ajoutant un vaste monde cohérent interconnecté sans chargement, et une vraie exploration 3D. Un grand cru de la Playstation 2, que j’ai pris un grand plaisir à redécouvrir !

8/10

visage du gardien de Ultima 7

Un jeu formidable qui m'inspire, j'en ai d'ailleurs écrit une chanson épique que je chante parfois à la taverne de Jhelom !
Bien que le créateur de ce site (qui semblerait venir du même monde que l'Avatar d'après les légendes) ne place pas ce jeu parmi ses plus grands coups de cœur, il y a tout de même passé un excellent moment !
Au passage, êtes-vous au courant que j'ouvre une nouvelle boutique d'archeries à Buccaneer's Den, en face des bains ?